Yirgacheffe

Ethiopie

La légende la plus connue sur les origines du café veut que les effets prodigieux de la plante inconnue aient été découverts précisément dans la zone de Yirgacheffe – par un berger et ses chèvres curieuses, devenues très vives après en avoir goûté quelques grains. Voici un véritable “lieu de pèlerinage” pour tous les amateurs de cette boisson.
Yirgacheffe se trouve dans le sud de l’Ethiopie, où pousse l'une des meilleures variétés d’arabica au monde.

Un berceau naturel : ici, la plante pousse aussi spontanément, et dans les plantations elle prospère, luxuriante, à des altitudes élevées. La culture du café revêt une importance économique fondamentale pour la région, mais elle fait surtout partie intégrante de la vie sociale et culturelle de ses habitants. Parce qu'ici, comme le dit un vieux proverbe éthiopien, “Buna dabo naw” : le café est notre pain.

N/A°

Ali Legesse

Ethiopie

monoarabica Ali Legesse
:
Ali Legesse
:
Yirgacheffe
:
1993

Il est presque huit heures du matin, et dans le champ l'on respire l'odeur de la nuit qui vient de s'écouler. Des millions de grain de café sèchent au soleil, tandis qu’autour la nature s'éveille lentement. Tout à coup, de grands nuages sombres couvrent le ciel. En un instant, le lieu se ranime : c'est d'abord un hurlement, puis une armée d'hommes et de femmes accourt munie de grandes bâches transparentes. En quelques secondes, tout devient frénétique : pas même une goutte ne doit toucher les grains, ou bien le travail des derniers jours, celui des paysans au cours des mois écoulés et la précieuse collaboration avec illy dans les semaines à venir seront perdus.

Ali Legesse est sous le portique à présent et, en compagnie de quelques travailleurs, il regarde la pluie tomber sur les bâches ; le café est à l'abri. Le sixième sens des cultivateurs a été providentiel encore une fois : les paysans comprennent toujours quand le mauvais temps arrivera et combien de minutes ils auront pour mettre la récolte en sûreté. Un service météo qui, depuis des années, ne se trompe jamais dans ses prévisions !
Ali est né dans le café ou, comme il aime à le dire, “il est né avec le café”. Son père était un exportateur et lui et son frère Ahmed ont continué à s'occuper de l’activité familiale après sa mort. Le tournant pour les deux Legesse, toutefois, est arrivé avec la décision de s'occuper de toute la transformation des grains, projet ambitieux auquel ils ont consacré leurs efforts ces 30 dernières années. Dans chaque tasse préparée avec “leur” café il y a au moins 40 jours de travail, de fatigue et d'amour. Et un goût qu’Ali porte toujours dans le cœur.