Fraijanes

Guatemala

Le véritable protagoniste de la région de Fraijanes s'appelle Pacaya, et c'est l'un des trois volcans qui dominent ces contrées montagneuses du nord du Guatemala : son activité éruptive constante dépose sur le sol une fine couche de cendre, l'enrichissant de précieux éléments minéraux qui le rendent très fertile. Le territoire de Fraijanes se trouve à peu de distance du lac Atitlan et de la capitale du Pays. Cette région est occupée en grande partie par un vaste plateau, battu en permanence par les vents et humides en raison de pluies abondantes,

 elle est couverte de forêts anciennes et habitée par une population amicale. Ici, l'altitude est élevée, l'humidité constante et la saison sèche très ensoleillée. Grâce à ces caractéristiques, et surtout à la haute teneur en potassium du sol volcanique, Fraijanes est traditionnellement une terre de café, et l'arabica qui y pousse est connu pour sa qualité excellente et son acidité caractéristique.

N/A°

Rafael Ventura

Guatemala

monoarabica Don Rafael Ventura
:
Rafael Ventura
:
Fraijanes
:
1995

C'est une journée froide à la Finca Rabanales ; la faible lumière de l'après-midi éclaire les nombreuses tonalités de vert du jardin. Entre les feuillages, l'on aperçoit les plants de café, qui vibrent doucement sous les gouttes de pluie fine. Pour Rafael Ventura cette visite équivaut à un voyage en arrière dans le temps, à l'époque où, encore adolescent, il traversait la plantation à cheval avec ses frères. Tout à Rabanales, chaque arbre, chaque pierre, et même la chaise sur laquelle Rafael est assis, raconte l'histoire des personnes qui ont habité cette maison et labouré ces champs.
La propriété appartient à sa famille depuis la fin du XIXe siècle ; son arrière-grand-père, Don Gregorio Samora, commença dans ces années-là à en labourer la terre. Depuis lors, le destin de bien des gens a croisé celui de la plantation. Malgré le passage des décennies, la façon de cultiver le café n'a jamais changé : c'est avec la même émotion qu'autrefois que l'on attend que les grains se colorent de rouge pour pouvoir les cueillir et les faire sécher au soleil.

Le café a influencé profondément la vie de Rafael Ventura : dans sa jeunesse, il a vécu quelques années à l'étranger, mais il a fini par sentir qu'il devait revenir au Guatemala, dans sa plantation. C'est ici qu'il s'est marié et a pris racine ; peu après, presque sans qu'il s'en aperçoive, ses enfants aussi grandissaient au milieu des plants de café.
Rafael est sûr de leur avoir transmis la passion pour son travail et un sentiment de gratitude pour une terre fertile et généreuse, qui dans ces régions a été essentielle pour bien des gens.