Matagalpa

Nicaragua

Comme le Costa Rica voisin, le Nicaragua, le pays le plus grand et le moins peuplé d’Amérique centrale, est un paradis du café. “Terre de lacs et de volcans”, il est traversé par une chaîne de montagnes née d’une intense activité volcanique, où se succèdent une vingtaine de cratères, et contient le lac Nicaragua, le plus grand d’Amérique centrale. L’abondance d’écosystèmes naturels présents sur le territoire en fait une région cruciale pour la biodiversité de toute la planète.

C’est surtout dans la région nord du pays, principalement montagneuse, que depuis la fin du XIXe siècle l’on cultive un Arabica très apprécié dans le monde.

La bourgade de Matagalpa et la région qui l’entoure sont situées dans la bande de la Tierra templada, la zone climatique nicaraguayenne la plus tempérée, opposée à la terre brûlante des plaines. Le climat et les caractéristiques du sol rendent cette terre très renommée pour la culture du café, qui se fait ici en privilégiant des méthodes durables, dans le respect de l’environnement et souvent à l’ombre d’autres plantes.

N/A°

frères Castillo

Nicaragua

monoarabica Castillo
:
frères Castillo
:
Matagalpa
:
2009

Les frères Juan Francisco, Jaime et Victor Hugo Castillo sont assis sur leurs chaises à bascule ; tout en sirotant un café chorreado, ils évoquent quelques moments de leur enfance. Ils racontent l’histoire de leur grand-père Juan Francisco et de la façon dont il est tombé amoureux du café, il y a 83 ans. Ils étaient très jeunes à l’époque, mais aujourd’hui encore ils se rappellent quand leur grand-père transportait le café avec un âne à Matagalpa, la ville la plus proche, à environ 27 kilomètres de distance de chez eux.

Aujourd’hui, El Diamante est l’une des plus belles plantations du territoire et produit un café de grande qualité. Pour les trois frères, ce succès est dû avant tout à la conscience environnementale qu’ils ont héritée de leur père, disparu il y a quelques années. La propriété comprend trois rivières, qui permettent de produire la moitié de l’énergie nécessaire pour gérer 197 hectares de culture. Juan Francisco, Jaime et Victor Hugo plantent des arbres et prennent soin des ressources hydriques de la plantation. Jaime dit que cela a été précisément l’attention que son père portait à sa terre qui a réduit les problèmes liés aux changements climatiques, qui ont tant pesé sur la production de café dans le pays. El Diamante se trouve dans le nord Nicaragua, région entourée d’arbres séculaires et de montagnes magnifiques, et l’exploitation en est aujourd’hui à la troisième génération.

Pour les frères Castillo, il est agréable de penser que leur père, depuis des années à la retraite jusqu’à sa mort, est parvenu à jouir de ce qu’il avait construit au cours de sa vie au prix de tant d’efforts. Ce n’est pas par hasard si, lorsqu’il décrivait sa terre, il aimait à dire que c’est un lieu où l’on peut goûter un véritable sentiment de paix et d’harmonie.